Nous estimons que l’action des multiples organisations, cabinets, et réseaux de consultants et coachs « anti-risques psychosociaux » , qui ont souscrit des contrats avec les entreprises, ou bien les cellules  d'écoutes mise en place par l'entreprise elle-même, n'ont pas l'efficacité requise pour mettre à un terme à l’incivilité organisationnelle.[1] Bien que leurs études sur commande puissent être une aide, elles ne peuvent se substituer à votre voix pour décrire ce que vous subissez et toucher ainsi directement ceux quilisent ou entendent votre témoignage. Elle tiennent en effet leur rémunération de leur donneur d'ordre, à savoir l'entreprise elle même, ce qui dit tout du poids de leur intervention, fusse t elle d'écoute d'un salarié. ( .(voir à ce propos la page 107 du livre de Stéphanie Gibaud : La femme qui en savait vraiment trop, ED Cherche midi, Février 2014) 

 

[1] Alain Supiot, Introduction au livre La cité du travail de Bruno Trentin- Préface de Jacques Delors- Paris Fayard - Poids et mesures du monde- Paris 2012 p 28 - lire aussi l'entretien avec Alain Supiot - Le monde des livres - 28 septembre 2012